JE…

 

 

 

Une brume déroulée

 

L’énigme de ce JE

Qui s’écarte

 

Étranger aux facilités

De l’être

 

Dérobé

Dans l’intransigeance des écritures

Posthumes

 

Une brume voyageuse

M’échappe

Là où JE pensait peut-être me trouver

 

 

Rien qu’un guignol douloureux

D’espoirs assassinés

 

Refuser le spectacle

Détachement

 

On ne fait que passer…

Et si je cherche encore

Ce qui n’existe pas

Ou à peine

C’est que peut-être

L’essentiel est d’aller

 

Sans savoir qui ou quoi

Sans définitions, sans billets, sans confirmations…

 

Dans le dénuement indéchiffrable

Des questions

 

 

Comme un bonheur confondu

Une intuition

Une coincidence fractale

 

Seulement une ruse pour cacher le silence

 

 

Comme une suspension d’écriture

Une attente de lumière

Un besoin de toucher l’impalpable

  

 

La mort écoute

Sans cesse retrouvée

Dans ce temps qui ne promet rien

Qui détisse et

Harasse

 

 

Alors…

 

Acharnée

Dans une vigilance de nuit blanche

Un supplice répété

 

Dans ce JE pénible et difficile

Dans le mouillé d’un ciel

D’une brume essouflée

 

JE disparaît

 

Impossibilité de recommencer

Dans les compromis de l’espéré

 

JE ne cherche plus

Que le vide du temps

 

alors…

 

s’envoler…?